Synergie managériale dans la gestion des collectivités territoriale au Mali

Il n’est pas rare d’entendre dans les discours les notions de coordination, de collaboration et de coopération. Elles sont très souvent utilisées dans tous les sens alors qu’il ya de réels enjeux derrière l’utilisation de ces notions. Je vais ainsi m’appuyer sur un exemple de collectivité territoriale au Mali pour illustrer quelques enjeux de la coordination.

Coordination, collaboration et coopération

Un aspect semble important à préciser à ce niveau. Il nous faut distinguer d’office deux branches de qualifications des concepts. Une première branche qui renvoie à la synergie managériale et une seconde qui renvoie à une synergie de l’ordre de l’opérationnel. Quand on parle de synergie managériale, on parle de coordination. Et quand on parle de synergie opérationnelle, on parle de collaboration et de coopération. Cette distinction est d’office importante à appréhender car elle évite de s’embourber dans une confusion dans l’utilisation des concepts.

Ici, nous n’évoquerons que la synergie managériale dans le sens de la gestion des collectivités territoriales au Mali.

Manager ou coordonner les services et les activités des services

La coordination vise l’unification et la cohérence entre les activités issues de la division du travail. On pourrait parler alors de recherche de synchronisation entre plusieurs activités formant ainsi un tout permettant l’atteinte des objectifs dans une organisation.

Prenons l’exemple d’une collectivité territoriale X au Mali. Dans cet exemple, il devrait y avoir une coordination importante à deux échelles. D’abord au niveau des services de la collectivité, qu’ils soient centralisés ou décentralisés, ensuite au niveau des activités des services, qu’elles soient centralisées ou décentralisées.

Cette coordination permet à cette collectivité X de tendre vers une synchronisation entre les services et les activités des services. Elle n’est pas anodine dans la mesure où elle permet à la collectivité de tendre vers l’atteinte de ses objectifs. A ce titre, notons que l’une des principales difficultés des collectivités territoriales au Mali se trouve dans la question de la coordination des services et des activités menées par ces services. On constate dès lors une problématique liée au management de la collectivité elle-même et de ses services.

Tenir compte des questions culturelles dans le management des collectivités 

Certaines logiques théoriques actuelles voudraient que lorsque l’on évoque un pays « étrangers », on tient compte de la culture locale. Ici, on peut parler plus exactement de culture locale au niveau des pratiques de management des collectivités territoriales au Mali. Ces logiques théoriques sont importantes dans la mesure elles permettent de tenir compte des cultures ou “spécificités” locales. D’ailleurs, dans plusieurs domaines, notamment en économie, on a pu constater que lorsque l’on ne prend pas assez en considération cette culture locale, les résultats sont parfois désastreux.

Ainsi dans notre collectivité X, il est plus qu’important de tenir compte de la façon dont le management ou encore la coordination est appréhendée par les acteurs. A partir de ce postulat, il s’agit pour le manager de tenir compte de deux niveaux d’appréhension dans son management. Le premier niveau, c’est celui de la coordination pure et simple des services et des activités des services dans la complexité et le second niveau, c’est celui de la prise en compte de la culture ou “spécificité” locale.

Ces deux logiques devraient aller ensemble pour permettre d’une part de manager dans de bonnes conditions et d’autre part de ne pas frustrer les acteurs qui suivent une logique de management mais différente.

 

Partager vos impressions